La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 69 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Genetics of digestive efficiency in growing pigs fed a conventional or a high‐fibre diet

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae) et al., Journal of animal breeding and genetics, 2020, septembre, 13 pages

The use of diets with increased dietary fibre content (HF) from alternative feedstuffs is a solution to limit the impact of increased feed costs on pig production. This study aimed at determining the impact of an alternative HF diet on pig digestibility and at estimating genetic parameters of this trait. Digestibility coefficients (DC) of energy, organic matter and nitrogen were predicted from faecal samples analysed with near infrared spectrometry for 1,242 samples, and it represented 654 Large White pigs fed a conventional (CO) diet and 588 fed a HF diet. Growth and feed efficiency traits, carcass composition and meat quality traits were recorded. Pigs fed the HF diet had significantly lower DC than pigs fed the CO diet (−4.5 to 6.0 points). The DC were moderately to highly heritable (about 0.26 ± 0.12 and 0.54 ± 0.15 in the CO and the HF diet, respectively). Genetic correlations were favourable with feed conversion ratio, daily feed intake and residual feed intake, but unfavourable with average daily gain (ADG) and carcass yield (CY). To conclude, DC could be an interesting trait to include in future breeding objectives if pigs were fed diet with HF diets, but adverse genetic trends with ADG and CY would have to be taken into account.

source : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/jbg.12506

2020

Evaluations génétiques et génomiques des populations porcines

Consulter le resumé

Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 108

Le travail de sélection a pour but d’améliorer le niveau moyen des performances des populations porcines sur des caractères d’intérêt économique pour l’ensemble de la filière porcine française. Ce travail d’amélioration génétique consiste à repérer les meilleurs individus d’une génération pour les garder comme reproducteurs. Pour cela, des modèles statistiques prédisent la valeur génétique/génomique (VG) des candidats à la sélection à partir de leurs performances propres et de celles de leurs apparentés et contemporains. L’information du génome des animaux est également prise en compte dans les lignées maternelles Large White (LW) et Landrace (LR). Chaque semaine, les meilleurs candidats de ces populations sont génotypés sur puces ADN basse ou haute densité. Puis les génotypages haute densité sont reconstitués par imputation, pour tous les animaux évalués.

PDF icon Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 108
2020

Purebred and crossbred genomic evaluation and mate allocation strategies to exploit dominance in pig crossbreeding schemes

Consulter le resumé

David González-Diéguez (Inrae) et al., Genes Genomes Genetics (G3), 2020, volume 10, n° 8, 5 août, p. 2829-2841

We investigated the effectiveness of mate allocation strategies accounting for non-additive genetic effects to improve crossbred performance in a two-way crossbreeding scheme. We did this by computer simulation of 10 generations of evaluation and selection. QTL effects were simulated as correlated across purebreds and crossbreds, and (positive) heterosis was simulated as directional dominance. The purebred-crossbred correlation was 0.30 or 0.68 depending on the genetic variance component used. Dominance and additive marker effects were estimated simultaneously for purebreds and crossbreds by multiple trait genomic BLUP. Four scenarios that differ in the sources of information (only purebred data, or purebred and crossbred data) and mate allocation strategies (mating at random, minimizing expected future inbreeding, or maximizing the expected total genetic value of crossbred animals) were evaluated under different cases of genetic variance components. Selecting purebred animals for purebred performance yielded a response of 0.2 genetic standard deviations of the trait “crossbred performance” per generation, whereas selecting purebred animals for crossbred performance doubled the genetic response. Mate allocation strategy to maximize the expected total genetic value of crossbred descendants resulted in a slight increase (0.8%, 4% and 0.5% depending on the genetic variance components) of the crossbred performance. Purebred populations increased homozygosity, but the heterozygosity of the crossbreds remained constant. When purebred-crossbred genetic correlation is low, selecting purebred animals for crossbred performance using crossbred information is a more efficient strategy to exploit heterosis and increase performance at the crossbred commercial level, whereas mate allocation did not improve crossbred performance.

source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7407463/pdf/2829.pdf

2020

Cinquante années d’amélioration génétique du porc en France : bilan et perspectives

Consulter le resumé

Jean-Pierre Bidanel (Inrae) et al., Inra Productions Animales (FRA), 2020, volume 33, n° 1, janvier, p. 1-16

Cette synthèse fait le point sur les principales évolutions de l’amélioration génétique du porc en France depuis la loi sur l’élevage de 1966.
Elle évoque rapidement les 20 premières années, qui ont fait l’objet d’une synthèse en 1986, puis décrit plus en détail les évolutions ultérieures. Les objectifs de sélection, initialement limités aux caractères de production, se sont complexifiés avec la prise en compte de la qualité de la viande, puis de la prolificité et enfin des aptitudes maternelles des truies. La mise en place d’une évaluation génétique utilisant la méthodologie du « BLUP – modèle animal » au milieu des années 1990 et le développement de l’insémination artificielle ont profondément changé le travail des sélectionneurs. Une nouvelle évolution majeure, la sélection génomique, a récemment été mise en place. La sélection a conduit à des améliorations importantes des performances pour les principaux caractères de l’objectif de sélection depuis 1970 : plus de 200 g de gain moyen quotidien, plus de 0,5 point d’indice de consommation, plus de 12 points de taux de viande maigre dans la carcasse, jusqu’à près de six porcelets nés vifs par portée supplémentaires. Ces évolutions favorables ont réduit l’empreinte environnementale de la production, mais ont également eu des effets défavorables : une augmentation la mortalité des porcelets avant sevrage et une plus grande hétérogénéité des performances. Les enjeux pour l’avenir en termes d’objectifs d’amélioration génétique (prise en compte de caractères liés au bien-être, à la robustesse et à l’adaptation…), de méthodes et d’outils sont ensuite discutés.

source : https://productions-animales.org/article/view/3092/11035

ENG

Fifty years of pig breeding in France: outcomes and perspectives

This synthesis reviews the main changes that have occurred in the pig breeding sector in France since the 1966 breeding act. It briefly discusses the first 20 years, which were the subject of a review in 1986. It describes in more detail the subsequent changes. Breeding goals, initially limited to production traits, have then integrated meat quality traits, sow prolificacy and maternal abilities. The implementation of a genetic evaluation using the BLUP animal model methodology in the mid-1990s and the development of artificial insemination, have profoundly changed the breeders’ work. A new major evolution, genomic selection, has recently been implemented. Large genetic gains have been obtained since 1970 for the main components of the breeding goal: they have exceeded 200 g/d for on-test average daily gain, -0.5 points for feed conversion ratio and 12 points of percentage for carcass lean content, and approached six piglets born alive per litter. These gains have allowed to reduce the environmental footprint of pig production, but also had some detrimental effects: an increase in piglet preweaning mortality and a larger heterogeneity of performances. Issues for future breeding goals (inclusion of traits related to welfare, robustness and adaptation…), methods and tools are then discussed.

https://productions-animales.org/article/view/3092/11035

2020
Couverture du Porc par les chiffres

Le porc par les chiffres 2020-2021

Consulter le resumé

Nouveau : fichier pdf à télécharger

Les chiffres clés les plus récents des filières porcines dans le monde et l’UE (production, consommation, cheptel...) et de la filière porcine en France ; les données utiles pour se repérer tout au long de l’année et à avoir toujours sous la main : un outil indispensable à tous !

  • les échanges (import/export),
  • les élevages de porcs (cheptel/régions, commerce et signes de qualité),
  • les coûts des bâtiments, le secteur de l’aliment pour porc,
  • la sélection (truies, insémination, évolutions génétiques),
  • l’abattage (entreprises, classement des carcasses, paiement au TMP),
  • le secteur de la charcuterie (entreprises et produits),
  • la consommation des viandes et la distribution des produits du porc

sous forme de tableaux, cartes, graphiques.

Un fichier powerpoint contenant les principaux graphiques complète la brochure ; les visuels présentant chaque maillon de la filière peuvent directement servir à la préparation d’interventions techniques. Il vous sera envoyé sur simple demande : ifip@ifip.asso.fr

Edition IFIP, 34 pages, fichier pdf à télécharger

25,00 €
2019

SNP-based mate allocation strategies to maximize total genetic value in pigs

Consulter le resumé

David González‑Diéguez (Inrae et Université de Toulouse) et al., Genetics Selection Evolution (G3), 2019, volume 51, n° 55, septembre, p. 55-64

Background: Mate allocation strategies that account for non-additive genetic effects can be used to maximize the overall genetic merit of future offspring. Accounting for dominance effects in genetic evaluations is easier in a genomic context, than in a classical pedigree-based context because the combinations of alleles at loci are known. The objective of our study was two-fold. First, dominance variance components were estimated for age at 100 kg (AGE), backfat depth (BD) at 140 days, and for average piglet weight at birth within litter (APWL). Second, the efficiency of mate allocation strategies that account for dominance and inbreeding depression to maximize the overall genetic merit of future offspring was explored.

Results: Genetic variance components were estimated using genomic models that included inbreeding depression with and without non-additive genetic effects (dominance). Models that included dominance effects did not fit the data better than the genomic additive model. Estimates of dominance variances, expressed as a percentage of additive genetic variance, were 20, 11, and 12% for AGE, BD, and APWL, respectively. Estimates of additive and dominance single nucleotide polymorphism effects were retrieved from the genetic variance component estimates and used to predict the outcome of matings in terms of total genetic and breeding values. Maximizing total genetic values instead of breeding values in matings gave the progeny an average advantage of - 0.79 days, - 0.04 mm, and 11.3 g for AGE, BD and APWL, respectively, but slightly reduced the expected additive genetic gain, e.g. by 1.8% for AGE.

Conclusions: Genomic mate allocation accounting for non-additive genetic effects is a feasible and potential strategy to improve the performance of the offspring without dramatically compromising additive genetic gain.

source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6764135/pdf/12711_2019_Article_498.pdf

2019

Evaluations génétiques et génomiques des populations porcines

Consulter le resumé

Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 84

Le travail de sélection a pour but d’améliorer le niveau moyen des performances des populations porcines sur des caractères d’intérêt économique pour l’ensemble de la filière porcine française. Ce travail d’amélioration génétique consiste à repérer les meilleurs individus d’une génération pour les garder comme reproducteurs. Pour cela, des modèles statistiques prédisent la valeur génétique (VG) des candidats à la sélection à partir de leurs performances propres et de celles de leurs apparentés et contemporains. L’information du génome des animaux est également prise en compte dans les lignées femelles Large White (LW) et Landrace français (LF). Chaque semaine, les meilleurs candidats LW et LF sont génotypés sur puces ADN basse densité. Puis les génotypages haute densité sont reconstitués par imputation, permettant ainsi d’optimiser les coûts. Pour consolider les populations de référence, les reproducteurs les plus utilisés en sélection sont de nouve

PDF icon Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 84
2019

Evaluations génétiques et génomiques des populations porcines

Consulter le resumé

Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brehaut, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 53

Le travail de sélection a pour but d’améliorer le niveau moyen des performances des populations porcines sur des caractères d’intérêt économique pour l’ensemble de la filière porcine française. Ce travail d’amélioration génétique consiste à repérer les meilleurs individus d’une génération pour les garder comme reproducteurs. Pour cela, des modèles statistiques prédisent la valeur génétique (VG) des candidats à la sélection à partir de leurs performances propres et de celles de leurs apparentés et contemporains. Chaque semaine, cinq populations porcines (4 collectives : Large White lignée femelle, Landrace français, Piétrain et Large White lignée mâle, et 1 autonome : Duroc Axiom) sont évaluées et les VG sont transmises aux sélectionneurs, organismes de sélection porcine (OSP), groupements d’éleveurs et centres d’insémination animale (CIA).

PDF icon Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brehaut, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 53, fiche n° 24
2018

Valorisation de nouvelles données d’effi cacité alimentaire pour la sélection

Consulter le resumé

Alban Bouquet, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 46

L’efficacité alimentaire est un critère de sélection important pour la filière porcine. Depuis 2014, des investissements conséquents ont été réalisés par les entreprises de sélection françaises pour étendre la capacité de phénotypage des animaux sur ce critère grâce à l’installation de DAC en élevage. Le contrôle de candidats à la sélection sur l’efficacité alimentaire a pour but d’augmenter la précision de la sélection des futurs reproducteurs et donc le progrès génétique réalisé.
En parallèle, plusieurs programmes de recherche ont été mis en place sur cette thématique à la station de phénotypage FG Porc du Rheu (35). L’objectif de ces projets est d’acquérir des données sur de nouveaux caractères d’efficacité alimentaire mais aussi de mieux caractériser les interactions entre le type d’aliments et le travail de sélection.

PDF icon Alban Bouquet, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 46, fiche n° 18
2018

Evaluations génétiques des populations porcines

Consulter le resumé

Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 66

Le travail de sélection a pour but d’améliorer le niveau de performances moyennes des populations porcines sur des caractères d’intérêt économique.

Ce travail d’amélioration génétique consiste à repérer les meilleurs individus d’une génération qui seront ensuite gardés comme reproducteurs.

Pour cela, des modèles statistiques prédisent la valeur génétique (VG) des candidats à la sélection à partir de leurs performances propres et de celles de leurs apparentés et contemporains.

Chaque semaine, 5 populations porcines (4 collectives : Large White lignée Femelle, Landrace, Piétrain et Large White lignée Mâle, et 1 autonome : Duroc Axiom) sont évaluées et les VG sont transmises aux sélectionneurs, organismes de sélection porcine (OSP), groupements d’éleveurs et centres d’insémination animale (CIA).

PDF icon Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2016, mai 2017, p. 66, fiche n° 30
2017

Quel dispositif génétique est en place pour améliorer la qualité technologique des viandes porcines?

Consulter le resumé

Enregistrement de nouveaux critères
Utilisation de nouvelles technologies pour le phénotypage«haut débit»

  • LIM et persillagede la viande par des mesures IRM
  • Rendement techno, défauts de tranches par NIRS

Etude de la déstructuration des jambons

  • Etude en cours sur des porcs charcutiers
  • Phénotypage à venir sur les collatéraux de race pure de la station FGPorc

Utilisation de nouvelles technologies pour la sélection : Génomique

PDF icon Intervention de S Schwob à la journée Quizz qualité des viandes du 17 janvier 2017
2017

L’évaluation génomique dans un schéma de croisement terminal

Consulter le resumé

Tusell et al., 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, p. 289-290, poster

Poster

FR

L’intérêt d’utiliser le croisement est de bénéficier de la complémentarité entre les lignées parentales et des effets d’hétérosis au niveau des terminaux. Dans les schémas d’amélioration génétique, les individus des lignées parentales de race pure sont généralement sélectionnés sur des performances enregistrées sur des animaux de race pure, alors que la sélection vise à améliorer la performance des descendants croisés. Ainsi, l’amélioration génétique observée au niveau du noyau de sélection peut ne se retrouver que partiellement chez les descendants croisés élevés en conditions commerciales en raison de corrélations génétiques inférieures à 1 entre des phénotypes enregistrés sur les deux types d’animaux. Dans le contexte de la sélection génomique, il est opportun d'explorer les nouvelles possibilités offertes par le génotypage des animaux pour mieux prendre en compte les phénotypes d’animaux croisés pour sélectionner les animaux des lignées parentales. Dans cette étude, nous avons développé et testé un modèle en une seule étape (modèle SSt pour « single step ») (Aguilar et al., 2010) pour l'estimation des paramètres génétiques et des valeurs génétiques dans une population constituée d’animaux purs et d’animaux croisés apparentés.

ENG

Genomic evaluation of pigs using a terminal-cross model

In crossbreeding schemes, within-line selection of purebred lines mainly aims at improving performance of crossbred progeny in field conditions. The genetic correlation between purebred and crossbred performance is an important parameter to be assessed to ascertain that purebred performance is a good predictor of crossbred performance. With the availability of high density markers, feasibility of using crossbred information for evaluating purebred candidates can be reevaluated. This study implements and applies to real data a single-step terminal-cross model to estimate genetic parameters of several production traits in Pietrain and Pietrain x Large White pigs.
Piglets were recorded for growth rate between 35 and 110 kg. Animals were genotyped using the 60K SNP chip. For each trait, purebred and crossbred performances were jointly analyzed. The purebred animals were evaluated through an animal model, whereas the additive genetic effect of a crossbred individual was decomposed into its purebred sire and dam allelic contribution effects. Piétrain genotypes were introduced in genetic evaluation in a single-step procedure. The same model but only accounting for pedigree information was compared to the genomic model in terms of breeding value accuracies obtained from the mixed model equations.
Genetic correlation between purebreds and sire allelic contribution to crossbred performance was high (0.84 and 0.79 for the genomic and the pedigree model, respectively). Breeding value accuracies of the genotyped animals obtained with the genomic model outperformed the pedigree model.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

La sélection collective inaugure sa station de phénotypage

Consulter le resumé

France Génétique Porc, consortium regroupant les organismes de sélection porcine (OSP) ADN, GENE+, NUCLEUS et l’IFIP, et l’INRA ont inauguré la station porcine de phénotypage située au Rheu. La volonté collective des opérateurs économiques et des instituts de recherche dote la filière porcine française d’un outil performant pour répondre aux enjeux de la sélection génomique.

PDF icon le plan de la station porcine de phénotypage du rheu -Inra/ifip, PDF icon dossier de vite de la station porcine de phénotypage du Rheu (ifip/inra)
2015

Evaluations génétiques des populations porcines

Consulter le resumé

Fiche n° 055 : progrès génétiques

La sélection génétique a pour but d’améliorer le niveau de performances moyennes des populations porcines sur des caractères d’intérêt économique en mesurant les performances des animaux sur ces caractères.
Le travail de sélection consiste à repérer les meilleurs individus d’une génération qui seront gardés comme reproducteurs. Pour cela, des modèles statistiques estiment la valeur génétique des candidats à partir de leurs performances propres et de celles de leurs apparentés et contemporains.
Chaque semaine, les valeurs génétiques des animaux de 8 populations porcines (4 collectives : Large White lignée Femelle, Landrace, Piétrain et Large White lignée Mâle, et 4 autonomes : Duroc Gène+, lignée sino-européenne de Gène+ Taï-Zumu, Duroc ADN et Piétrain Horizon+) sont calculées et transmises aux sélectionneurs, organismes de sélection porcine (OSP) et centres d’insémination artificielle (CIA).

PDF icon fiche_bilan2014_055.pdf
2015

Evaluations génétiques des populations porcines

Consulter le resumé

Fiche n° 48 : Progrès génétiques

Les meilleurs animaux d'une génération sont sélectionnés parmi les candidats à la sélection pour devenir de futurs reproducteurs.

Le potentiel génétique d'un animal est évalué en considérant ses propres performances ainsi que celles de tous ses contemporains et apparentés.

Chaque semaine, les valeurs génétiques des animaux des populations collectives et de certaines populations autonomes collectives et de certaines populations autonomes sont calculées et transmises aux sélectionneurs, organismes de sélection porcine (OSP) et centres d'insémination artificielle.

PDF icon fiche_bilan2013_48.pdf
2014

Améliorations génétiques des qualités maternelles

Consulter le resumé

Fiche n° 45 : Progrès génétiques

L'accroissement de la prolificité des truies constaté depuis 30 ans a permis d'augmenter le nombre de porcelets par portée. Toutefois, en parallèle, la survie des porcelets a été peu améliorée pendant la phase d'allaitement et la compétition alimentaire au sein de la portée s'est accrue.

De nouveaux critères doivent donc être intégrés dans les objectifs de sélection des lignées femelles pour améliorer à la fois la prolificité des truies et leur capacité à élever des portées homogènes en limitant le taux de mortalité avant sevrage.

Pour cela, le déterminisme génétique des caractéristiques numériques et pondérales de la portée doit être connu à la connaissance et au sevrage.

PDF icon fiche_bilan2013_45.pdf
2014

Evaluations du système d'information génétique

Consulter le resumé

Fiche n° 47 : Progrès génétiques

La circulation de l’information est une composante importante dans l’efficacité des programmes  de sélection. Les performances mesurées dans les élevages ou dans les stations de contrôle de performances sont chargées en continu dans la base de données nationale génétique (BANAPOG). Chaque semaine, elles servent à l’estimation de valeurs génétiques actualisées des animaux qui sont transmises aux éleveurs sélectionneurs afin de les aider pour le renouvellement des animaux. Les échanges entre les logiciels de terrain ayant un module génétique et la base de données nationale se fait sous forme d’un fichier normalisé au format XML. Ce vecteur informatique sert également à la gestion des mouvements d’animaux, du catalogue des verrats d’IA et a la diffusion des valeurs génétiques.

Les évolutions apportées dans le système d’informations sont centralisées et coordonnées par l’IFIP qui assure également la maitrise d’ouvrage pour la base de données nationale génétique BANAPOG ainsi que différentes applications en étroite relation avec celle-ci, à savoir :

DeltaG : logiciel de gestion génétique utilise dans les élevages de sélection et quelques élevages de multiplication mâle ;

Porcia : base de données des verrats en CIA qui sert de support a la diffusion du catalogue des verrats aux acteurs génétiques (CIA, OSP, sélectionneurs, multiplicateurs) avec possibilité de la fournir également à des producteurs. L’application de gestion des verrats d’IA est utilisée maintenant par la plupart des Organisations de Sélection ayant une activité sur le territoire;

Porsta : logiciel de collecte des performances mesurées sur les animaux élevés dans les stations de contrôle des performances;

• L’application de concentration/diffusion qui, d’une part, récupère et vérifie la structure des fichiers apportes par les éleveurs et les structures contenant les performances zootechniques et génétiques et, d’autre part, génère et distribue les fichiers de valeurs génétiques et/ou le catalogue des verrats d’IA aux utilisateurs.

Les développements informatiques pour l’année 2013 ont permis l’amélioration du circuit général de l’information ainsi que l’ajout de nouvelles données que ce soit pour l’alimentation de la base nationale Banapog que pour la diffusion de nouveaux caractères génétiques évalués.

L’automatisation des échanges a été également améliorée et l’optimisation et le renouvellement de matériel informatique a permis d’améliorer considérablement les temps d’intégration des données dans la base nationale.

PDF icon fiche_bilan2013_47.pdf
2014

Paramètres génétiques et objectif de sélection adapté à la production de porcs Piétrain Label Rouge

Consulter le resumé

Poster. L’objectif final de cette étude est de mettre en place une évaluation génétique de type BLUP modèle animal pour une lignée Piétrain autonome appartenant à l’organisme de sélection porcine Horizon+ et valorisée sous un cahier des charges Label Rouge.

Les efforts de sélection sont orientés sur des caractères de qualité de viande, de croissance et de composition de la carcasse.

L’effet du génotype halothane est pris en compte dans le modèle d’évaluation génétique.

PDF icon jrp2014-genetique-schwob-poster.pdf
2014

Connexion génétique entre élevages dans les populations porcines collectives Françaises

Consulter le resumé

Poster. La finalité première de l’évaluation génétique est le choix des reproducteurs sur leur potentiel génétique. Cependant, la comparaison des valeurs génétiques des animaux d’élevages différents n’est fiable que si les connexions génétiques sont suffisantes. L’objectif de l’étude est de mesurer le degré de connexion existant entre les élevages de sélection des populations porcines collectives françaises.

PDF icon jrp2014-genetique-bouquet-poster.pdf
2014

Paramètres génétiques et objectif de sélection adapté à la production de porcs Piétrain Label Rouge

Consulter le resumé

Poster.

La société de génétique Horizon+ a été créée dans le but d’optimiser la production d’un porc Piétrain correspondant au cahier des charges Label Rouge de l’entreprise Vallégrain : porc charcutier ¾ Piétrain engraissé sur paille, nourri à volonté, abattu à 182 jours minimum et présentant un pH ultime (pHu) compris entre 5,7 et 6,2. Après quelques années de sélection massale, les responsables d’Horizon+ souhaitent mettre en place une évaluation génétique de type BLUP modèle animal.

Ils ont choisi de focaliser leurs efforts de sélection sur descritères de qualité de viande, de croissance et de composition de la carcasse, avec la volonté de prendre en compte l’effet du génotype halothane dans l’évaluation génétique. Le travail réalisé dans cette étude a pour but de proposer aux responsables d’Horizon+ un objectif de sélection conforme à leurs attentes, étape préliminaire indispensable à la mise en place d’une évaluation génétique.

PDF icon Poster de Héloïse Voisin et al.
2014

Pages