La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 359 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les conditions climatiques estivales pertubent la réponse des porcs aux conditions d'alimentation

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 104

La présente étude fait partie d’un programme de recherche plus vaste qui porte sur la mise en oeuvre d’une méthode de classement de précision des carcasses et des pièces et la mise en relation des résultats avec des indicateurs d’efficience de l’engraissement. Différentes conduites alimentaires en trois phases sont appliquées pendant l’engraissement afin de modifier la composition du gain de poids pendant la croissance. Les porcs du lot Témoin (T) sont alimentés à volonté avec une séquence en trois phases qui couvre les besoins en acides aminés essentiels. Un rationnement alimentaire est appliqué avec les mêmes aliments (R) afin d’obtenir des porcs moins gras à l’abattage. Au contraire, une adiposité plus élevée est attendue chez des porcs alimentés à volonté avec des aliments formulés pour des apports en acides aminés en dessous du besoin (B). Tous les aliments sont iso énergétiques, e.g. 9,7 MJ d’énergie nette/kg) La 1ère bande de porcs a été étudiée en conditions de confort thermique pendant l’hiver 2019, tandis que la seconde a subi un stress thermique chronique estival, accompagné de quelques vagues de chaleur. En moyenne, il a fait 10°C de plus à l’extérieur pendant l’engraissement que pendant la 1ère bande.

PDF icon Nathalie Quiniou et Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 104
2021

Composition des pièces de découpe : nouveaux sites de prédiction

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 45

Le tri des pièces de découpe est un des challenges de l’industrie porcine. Actuellement encore, le tri des poitrines et des jambons est majoritairement réalisé à partir de l’état d’engraissement perçu à la coupe. Or, cette information ne reflète que très imparfaitement la composition réelle (poids et pourcentage de muscle et de gras) de ces pièces. L’utilisation d’autres prédicteurs se heurte à la difficulté de les trouver, combinée à la possibilité de les mesurer dans des conditions industrielles avec une technologie adaptée. La faible épaisseur de coupe de la tomographie à rayons X permet de balayer précisément les pièces. Le but de cette étude est de localiser des prédicteurs potentiels de la composition tissulaire et de quantifier leur précision dans les trois pièces de découpe primaire, dont le tri est important : jambon, longe et poitrine.

PDF icon Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 45
2021

Composition des pièces de découpe : simulation de l'impact d'une part croissante du mâle entier

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 42

Dans un marché de pièces, comme le marché porcin français, il est utile de dispose de références récentes sur les rendements en pièces et la composition tissulaire des pièces. Or, le développement probable de la production de mâle entier à partir de 2022 va modifier la composition des pièces. L’objectif majeur de ce travail est de simuler cet impact. Pour cela, trois scénarios ont été étudiés, allant de la situation passée, sans mâles entiers, à une possibilité future, sans mâles castrés, en passant par la situation actuelle de coexistence des mâles castrés et entiers.

PDF icon Gérard Daumas, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 42
2021

Composition de la carcasse des pièces : effet de l'alimentation

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Bilan d'activités 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 46

La rentabilité des élevages de porc est très dépendante des performances de croissance des animaux et du classement des carcasses. L’erreur de prédiction du taux de muscle des pièces (TMP), critère actuel de classement, étant élevée, il est utile de faire appel à une « composition de précision » pour étudier les effets des facteurs d’élevage. Un des objectifs du projet SCANALI (2018-2021) est de quantifier les effets de l’alimentation sur la composition tissulaire de la carcasse et des pièces de découpe du porc charcutier. Plus précisément, l’étude porte sur l’effet du rationnement alimentaire (RA) ou d’une carence en acides aminés essentiels (CA) sur les teneurs en muscle de la carcasse et des quatre pièces de découpe primaire (jambon, rein, épaule et poitrine). Les hypothèses testées sont que le rationnement augmente la teneur en muscle et qu’un déficit en acides aminés la diminue.

PDF icon Gérard Daumas, Bilan d'activités 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 46
2021

Technologies innovantes de tri des pièces de découpe selon la qualité attendue par les transformateurs et les consommateurs

Consulter le resumé

Antoine Vautier et Gérard Daumas, Bilan d'activités 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 40

La qualité de viande (technologique et sensorielle) est une attente importante pour les utilisateurs de viande de porc, qu’ils soient industriels ou bien consommateurs. Le jambon est une pièce majeure par sa valorisation en jambon cuit supérieur, et les paramètres de qualité de viande font l’objet d’un tri quotidien en abattoir/découpe (pH ultime et présence/absence du défaut de jambon déstructuré). Depuis ces dernières années, la longe de porc est également en forte croissance avec le rôti cuit supérieur tranché. A l’inverse du jambon, aucun tri n’est aujourd’hui réalisé sur la qualité technologique de la longe, ce qui peut constituer un frein au développement. Pour la même raison, aucune garantie ne peut être apportée au consommateur sur la qualité sensorielle de la longe fraîche (capacité de rétention en eau et teneur en lipides intramusculaires). Il est donc important de développer des moyens techniques pour orienter les longes sur ces différents marchés en fonction de leur aptitude technologique et sensorielle. L’imagerie hyperspectrale (association de l’imagerie et de la spectroscopie proche infrarouge) pourrait constituer un outil de tri pertinent et automatisable sur ces deux types de critères. Conçu pour aborder la qualité des pièces par leur composition tissulaire mais aussi leur qualité technologique et sensorielle, le projet HYPERSCAN financé par le CASDAR avait notamment pour objectif de développer un imageur hyperspectral. Muni de 2 caméras SPECIM cet outil permet de couvrir une large gamme spectrale (350-1700 nm) assez proche de celle utilisée en spectrométrie proche infrarouge (NIRS) depuis plusieurs années à l’IFIP pour la prédiction de la qualité de viande. Ainsi, le projet s’est intéressé à vérifier si la transposition de la technique NIRS vers l’utilisation d’un capteur sans contact (imagerie hyperspectrale) était possible et à en évaluer le degré de précision.

PDF icon Antoine Vautier et Gérard Daumas, Bilan d'activités 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 40
2021

Fiche LONGE : composition et tri

Consulter le resumé

Fiche réalisée dans le cadre du projet HYPER-SCAN (2016-2020)

PDF icon Fiche JAMBON réalisée dans le cadre du projet HYPER-SCAN (2016-2020)
2021

Fiche POITRINE : composition et tri

Consulter le resumé

Fiche réalisée dans le cadre du projet HYPER-SCAN (2016-2020)

PDF icon Fiche POITRINE réalisée dans le cadre du projet HYPER-SCAN (2016-2020)
2021

Fiche JAMBON : composition et tri

Consulter le resumé

Fiche réalisée dans le cadre du projet HYPER-SCAN (2016-2020)

PDF icon Fiche JAMBON réalisée dans le cadre du projet HYPER-SCAN (2016-2020)
2021

Les poitrines de mâles entiers beaucoup plus maigres

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 43

L’Ifip a simulé l’impact d’une proportion croissante de mâles entiers...

PDF icon Gérard Daumas, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2021, n° 287, avril, p. 43
2021

Estimation of dairy goat body composition: A direct calibration and comparison of eight methods

Consulter le resumé

Sylvain Lerch (Agroscope, Suisse) et al., Methods, 2021, volume 186, février, p. 68-78

The objective was to compare eight methods for estimation of dairy goat body composition, by calibrating against chemical composition (water, lipid, protein, mineral and energy) measured post-mortem. The methods tested on 20 Alpine goats were body condition score (BCS), 3-dimension imaging (3D) automatic assessment of BCS or whole body scan, ultrasound, computer tomography (CT), adipose cell diameter, deuterium oxide dilution space (D2OS) and bioelectrical impedance spectroscopy (BIS). Regressions were tested between predictive variates derived from the methods and empty body (EB) composition. The best equations for estimation of EB lipid mass included BW combined with i) perirenal adipose tissue mass and cell diameter (R2 = 0.95, residual standard deviation, rSD = 0.57 kg), ii) volume of fatty tissues measured by CT (R2 = 0.92, rSD = 0.76 kg), iii) D2OS (R2 = 0.91, rSD = 0.85 kg), and iv) resistance at infinite frequency from BIS (R2 = 0.87, rSD = 1.09 kg). The D2OS combined with BW provided the best equation for EB protein mass (R2 = 0.97, rSD = 0.17 kg), whereas BW alone provided a fair estimate (R2 = 0.92, rSD = 0.25 kg). Sternal BCS combined with BW provided good estimation of EB lipid and protein mass (R2 = 0.80 and 0.95, rSD = 1.27 and 0.22 kg, respectively). Compared to manual BCS, BCS by 3D slightly decreased the precision of the predictive equation for EB lipid (R2 = 0.74, rSD = 1.46 kg), and did not improve the estimation of EB protein compared with BW alone. Ultrasound measurements and whole body 3D imaging methods were not satisfactory estimators of body composition (R2 ≤ 0.40). Further developments in body composition techniques may contribute for high-throughput phenotyping of robustness.

source : https://reader.elsevier.com/reader/sd/pii/S1046202320301407?token=7AFF32A92CED9F97FEF83FD31ACBF07C617A519A96EBC2508702057978936FBA06C14FD12CE2088CB276DB560551A4A7

2021

Influence du rationnement et de la couverture des besoins en acides aminés sur les performances du porc en croissance selon les conditions climatiques

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou, David Renaudeau et Gérard Daumas, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p.169-174

L’étude compare les performances des porcs en croissance alimentés suivants trois stratégies (ALA, ALB et RAA) qui diffèrent par le niveau d’alimentation (AL : ad libitum ; RA : rationné à 85% de AL) et la couverture des besoins en acides aminés ou pas par une séquence triphase (respectivement notées A et B en indice). Deux bandes sont utilisées avec chacune quatre cases de six femelles ou six mâles castrés par stratégie. Le rationnement permet d’augmenter le taux de muscle des pièces (TMP) de 1,5 point (RAA : 62,4 vs ALA : 60,9, P < 0,01) en moyenne pour les deux bandes. L’indice de consommation (IC) reste stable avec le rationnement dans la bande 1 (2,46 vs 2,40) mais augmente dans la bande 2 (2,56 vs 2,39, P < 0,05). Cela s’explique sans doute par les conditions d’élevage des deux bandes, étudiées respectivement en périodes hivernale et estivale. Ainsi, la consommation moyenne journalière (CMJ) du lot ALA de la bande 2 est inférieure de 20% à celle du lot ALA de la bande 1, d’où une CMJ du lot RAA de la bande 2 inférieure de 28% à celle du lot ALA de la bande 1. La séquence B dégrade l’IC de façon plus importante chez les femelles que chez les mâles castrés (P < 0,01). Une dégradation plus marquée du TMP apparaît également chez les femelles élevées en situation de stress thermique (bande 2). Cette étude confirme l’intérêt de couvrir les besoins en acides aminés pour améliorer l’IC et le TMP. Le rationnement permet également d’obtenir un gain sur ce critère, mais au prix d’un engraissement plus long. Une évaluation plus fine de la qualité de la carcasse et des pièces devrait permettre de mieux quantifier l’incidence sur la valeur commerciale susceptible de compenser le surcoût de production.

Effect of feed restriction and level of amino acid supply on performance of fattening pigs reared under different climatic conditions

Growth performance of pigs obtained with three feeding strategies were compared. Strategies ALA, ALB and RAA differed by the feeding level (AL: ad libitum, RA: restricted at 85% AL) and the 3-phase feeding sequence that met amino acid requirements or not (subscripts A and B, respectively). Two batches, each with four pens of six gilts or barrows per treatment, were used. Carcass leanness was 1.5 percentage point higher in RAA than in ALA (62.4 vs 60.9, P > 0.01) on average from both batches. The feed conversion ratio (FCR) was similar in both treatments in batch 1 (2.46 vs 2.40), but it increased in RAA in batch 2 (2.56 vs 2.39, P < 0.05). This difference may be related to the housing conditions during batches 1 and 2 (studied in winter and summer, respectively). Hence, daily feed intake (DFI) of ALA was 20% lower in batch 2 than in batch 1. Therefore, DFI of RAA in batch 2 was 28% lower than that of ALA in batch 1.With sequence B, FCR was higher than that of sequence A, and the difference was larger in gilts than in barrows (interaction:P < 0.01). The decrease in carcass leanness was also larger in gilts, especially under warm conditions (batch 2). This studydemonstrated that both FCR and carcass leanness are improved by more adequate AA nutrition. Carcass leanness was also improvedby restricting feed, which was associated with a longer fattening duration. Precise grading of the entire carcass or its main cuts wouldhelp to assess more accurately consequences on the commercial value that may attenuate the extra cost of production due to thelonger fattening duration.

2021

Effets du rationnement ou d'une carence en acides aminés sur a teneur en muscle des carcasses et des pièces de découpe du porc charcutier

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Mathieu Monziols et Nathalie Quiniou, 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, p. 61-62, poster

Poster.

La rentabilité des élevages de porc est très dépendante des performances de croissance des animaux et du classement des carcasses. L’erreur de prédiction du taux de muscle des pièces (TMP), critère actuel de classement, étant élevée (supérieure à 2,4 ; Blum et al., 2014), il est utile de faire appel à une « composition de précision » pour étudier les effets des facteurs d’élevage. Un des objectifs du projet SCANALI (2018-2021) est de quantifier les effets de l’alimentation sur la composition tissulaire de la carcasse et des pièces de découpe du porc charcutier. Plus précisément, l’étude porte sur l’effet du rationnement alimentaire ou d’un déficit en acides aminés essentiels sur les teneurs en muscle de la carcasse et des quatre pièces de découpe primaire (jambon, rein, épaule et poitrine). Les hypothèses testées sont que le rationnement augmente la teneur en muscle (Quiniou, 1996) et qu’une carence en acides aminés la diminue (Lambe et al., 2013).

Poster.

Effects of restricted feeding or amino acid deficiency on the muscle content of carcasses and cuts of pigs

Computed tomography can accurately assess the tissue composition of animal products. It was used in this study to quantify effects of restricted feeding (at 85% of ad libitum) or amino acid deficiency on the muscle content of carcasses and cuts of pigs. These two feeding strategies, as well as a control, were each applied to 48 gilts and 48 castrates from Pietrain boars heterozygous for the halothane gene. The 3 × 2 factorial design was distributed equally between two batches, one in winter and the other in summer. Only two-thirds of carcasses were scanned at the four primal cuts: ham, shoulder, loin and belly. Muscle contents were estimated by analysis of variance. Treatment and gender had a significant effect on all variables. Restricted feeding increased the average muscle content of the carcass by 3.6 percentage points and that of the cuts by 2.2-3.7 percentage points. Amino acid deficiency caused an average decrease of 1.9 percentage points in the carcass; however, it was significant only in the summer batch (-2.9 percentage points). The average difference ranged from -1.9 to -2.7 percentage points in cuts. The two effects seem more marked in the middle cuts than in the ham or shoulder. The actual impact of restricted feeding or amino acid deficiency on the muscle content of carcasses is twice that estimated by the current grading method. Improving the accuracy of carcass grading should therefore be a goal, which should contribute to fairer payment. In addition, the use of computed tomography should be promoted in zootechnical trials.

2021

Teneur en muscle des carcasses et des pièces de découpe : effets du rationnement ou d'une carence en acides aminés

Consulter le resumé

Gérard Dumas, Mathieu Monziols et Nathalie Quiniou, 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.
Le scanner à rayons X, outil de référence pour la composition corporelle, a été peu utilisé dans les essais alimentaires. Dans le cadre du projet SCANALI (2018-2021), il a permis de quantifier précisément chez le porc charcutier l’augmentation par le rationnement de la teneur en muscle de la carcasse et des pièces de découpe et sa diminution par une carence en acides aminés.
PDF icon Gérard Dumas et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Recherche de nouveaux sites de prédiction de la composition des pièces de découpe

Consulter le resumé

Gérard Daumas et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 63-64, poster

Poster.

Le tri des pièces de découpe est un des challenges de l'industrie porcine. Actuellement encore, le tri des poitrines et des jambons est majoritairement réalisé à partir de l’état d’engraissement perçu à la coupe. Or, cette information ne reflète que très imparfaitement la composition réelle (poids et pourcentage de muscle et de gras) de ces pièces. L’utilisation d’autres prédicteurs se heurte à la difficulté de les trouver, combinée à la possibilité de les mesurer dans des conditions industrielles avec une technologie adaptée.
La tomographie à rayons X est une technique moderne, non-destructive, permettant de mesurer efficacement la composition corporelle (Scholz et al., 2015). Sa faible épaisseur de coupe permettant de balayer précisément les pièces en fait un outil idoine pour rechercher les meilleurs prédicteurs de la composition des pièces. Le but de cette étude est d’identifier et de localiser des prédicteurs potentiels de la composition tissulaire, issus de la tomographie, et de quantifier leur précision dans les trois pièces de découpe primaire du porc, dont le tri est important : jambon, longe et poitrine.

Poster.

A search for new sites for predicting the composition of pork cuts

Industrial sorting of pork cuts and grading of carcasses suffers from large error in the prediction of fat and muscle composition. The aim of this study was to help overcome the first hurdle by seeking new predictors using modern technology. For each of the three most important cuts (hams, bellies and loins), a sample was selected in a cutting plant. Thus, 100 hams, 80 bellies and 125 loins were scanned by computed tomography, with a slice thickness of 3 mm. Tomographic images were segmented to determine muscle and fat weights, as well as their contents, for each slice. For each cut, the maximum and minimum weight and content of each of the two tissues were used as potential predictors. The cut’s weight was added, in particular for its usefulness for predicting the weight of the tissues. Regression models were established by ordinary least squares, and the R2 was calculated using cross-validation with 50 random divisions of the data into 10 segments. The predicted median R2 for weights and contents of fat and muscle ranged from 0.96-0.99 for hams, 0.93-0.96 for bellies, and 0.90-0.96 for loins, respectively. These promising results show that a few (3-4) measurement sites are sufficient to predict the composition of hams, bellies and loins accurately. This opens up new prospects for greatly improving the industrial sorting of cuts, and even the grading of carcasses.

2021

Composition des pièces de découpe : recherche de nouveaux sites de prédiction

Consulter le resumé

Gérard Daumas et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

La tomographie à rayons X est une technique non-destructive de mesure de la composition corporelle. Sa faible épaisseur de coupe permet de balayer précisément les pièces. Le but de cette étude est de localiser des prédicteurs potentiels de la composition tissulaire et de quantifier leur précision dans les trois pièces de découpe primaire du porc, dont le tri est important : jambon, longe et poitrine.

PDF icon Gérard Daumas et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster
2021

Composition tissulaire des pièces primaires de découpe industrielle et simulation de l'impact d'une part croissante du mâle entier

Consulter le resumé

Gérard Dumas et Mathieu Monziols, al., 53e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p. 43-48

Dans un marché de pièces, comme le marché porcin français, il est utile de disposer de références récentes sur les rendements en pièces et la composition tissulaire des pièces. Or, le développement probable de la production de mâle entier à partir de 2022 va modifier la composition des pièces. L’objectif majeur de ce travail est de simuler cet impact. Pour cela, trois scénarios ont été étudiés, allant de la situation passée, sans mâles entiers, à une possibilité future, sans mâles castrés, en passant par la situation actuelle de coexistence des mâles castrés et entiers. Un échantillon de 180 porcs a été utilisé, uniformément stratifié selon les trois types sexuels : 60 femelles, 60 mâles castrés et 60 mâles entiers. Les demi-carcasses gauches ont été découpées selon une procédure commerciale normalisée. Les quatre pièces primaires (jambon, rein, épaule et poitrine) ont été scannées par tomodensitométrie. Une méthode d’analyse a été développée spécifiquement pour estimer le poids des quatre composants tissulaires : muscle, gras, os et couenne. Les teneurs tissulaires des pièces ont d’abord été soumises à une analyse de variance avec sexe, génotype halothane et leur interaction en effets fixes. Puis, des valeurs moyennes ont été calculées pour la population porcine française selon les trois scénarios basés sur une proportion de mâles entiers de 0%, 14% et 50%. L’effet de la non-castration a été estimé à une hausse allant de trois points de teneur en muscle dans le jambon à huit points dans la poitrine. Le remplacement intégral des mâles castrés par des non-castrés entraînerait une hausse de moitié dans la population. Par rapport à la situation actuelle, cela représenterait encore trois points de plus de teneur en muscle dans la poitrine.

Tissue composition of industrial primal cuts and simulation of the impact of an increased proportion of entire male pigs
In a cuts market, such as the French pig market, it is useful to have recent references on yields and tissue composition of cuts. However, it is likely that the entire male population will continue to increase gradually/incrementally from 2022, thus modifying the composition of the cuts. The major objective of this work is to simulate this impact. For this, three scenarios were studied and compared: the past situation, without any entire males, a future possibility with only entire males, and the current situation of coexistence of castrated and non-castrated males. A sample of 180 pigs was used, which was uniformly stratified according to the three sexes: 60 females, 60 castrated males and 60 entire males. The left half-carcasses were cut according to a standard commercial procedure. The four primal cuts (ham, loin, shoulder and belly) were scanned by X-ray tomography. An analytical method was developed specifically to estimate the weight of the four tissue components: muscle, fat, bone and rind. The tissue contents were first analysed by a general linear model including sex, halothane genotype and their interaction as fixed effects. Then, average values were calculated for the French pig population according to three scenarios based on a percentage of entire males of 0%, 14% and 50%. The effect of non-castration was estimated to increase the muscle content from three points in the ham to eight points in the belly. The complete replacement of castrated males by non-castrated ones would lead to an increase of four points in the belly throughout the population. In comparison to the current situation, this would be three points more of muscle content in the belly.

2021

In vivo estimation of body composition: comparison of eight methods in dairy goats

Consulter le resumé

Anne de la Torre (Inrae) et al., 71st. Annual Meeting of the European Federation of Animal Science (EAAP), décembre 2020, Porto, Portugal. p.202

The objective was to test 8 methods for estimation of empty body lipid (EBL) and protein (EBP) mass in dairy goats. The methods tested on 20 Alpine goats (3±0.6 years old; 226±9 DIM; 47 to 72 kg of BW) were: adipose cell size; deuterium oxide dilution space (D2OS); 3-dimension (3D) imaging: whole body 3D-scan and automatic 3D assessment of body condition score (3D-BCS); manual sternal and lumbar BCS and ultrasound imagery; computer tomography and bioelectrical impedance spectroscopy (BIS). Simple and multiple regressions (Proc GLM, SAS) were tested between different variables and EBL and EBP mass measured by chemical analyses after slaughter. Perirenal adipose tissue mass and cell diameter combined with BW provided the most accurate predictive equations for EBL (R2=0.95, residual coefficient of variation, rCV=12%). Nonetheless, such predictors can only be measured postmortem. The best equations for EBL derived from in vivo variables included BW combined with 1/ the volume of fatty tissues measured by computer tomography (R2=0.92, rCV=17%), 2/ the D2OS (R2=0.91, rCV=19%), and 3/ the BIS (R2=0.87, rCV=23%). D2OS combined with BW provided the best equation for EBP (R2=0.97, rCV=3%), whereas BW alone provided a fair EBP estimate (R2=0.92, rCV=4%). Manual BCS combined with BW provided good EBL and EBP estimations (R2=0.80 and 0.94, rCV=28 and 4%, respectively). BCS is a non-invasive technique and does not require particular equipment, but it is subjective and prone to operator bias. Compared to manual BCS, 3D-BCS combined with BW slightly decreased the accuracy of the predictive equation for EBL (R2=0.74, rCV=32%), and did not improve the estimation of EBP compared with BW alone. Ultrasound and whole body 3D imaging techniques were not satisfactory estimators of EBL and EBP (R2≤0.40).

PDF icon Anne de la Torre (Inrae) et al., 71st. Annual Meeting of the European Federation of Animal Science (EAAP), décembre 2020, Porto
2020
Couverture du Porc par les chiffres

Le porc par les chiffres 2020-2021

Consulter le resumé

Nouveau : fichier pdf à télécharger !

Les chiffres clés les plus récents des filières porcines dans le monde et l’UE (production, consommation, cheptel...) et de la filière porcine en France ; les données utiles pour se repérer tout au long de l’année et à avoir toujours sous la main : un outil indispensable à tous !

25,00 €
2020

Tri des pièces de découpe par scanner

Consulter le resumé

Gérard Dumas, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 47

Le tri des pièces de découpe est encore essentiellement manuel. Les classes de qualité sont basées sur une appréciation de l’état d’engraissement sur la coupe. Celle-ci ne reflète qu’imparfaitement la composition des pièces. Le secteur de la découpe est intéressé par des appareils pouvant prédire cette composition en ligne.
Un tel appareil a été développé par une entreprise espagnole (LENZ), d’abord pour trier les jambons. Le « HAM-INSPECTOR » repose sur un champ magnétique de faible intensité, qui génère un courant électrique, exploitant les propriétés diélectriques propres à chaque tissu. Il permet ainsi de prédire les poids de muscle et de gras, ainsi que les pourcentages de muscle et de gras. Cet appareil déjà testé en Italie et en Espagne, où il est en place dans quelques entreprises, a été testé en avril 2018 par l’IFIP dans le cadre du projet CASDAR « HYPER-SCAN » (2017- 2020) visant à développer des technologies innovantes de tri des pièces de découpe. Une petite centaine de jambons et de poitrines ont été mesurées avant d’être passées au scanner de l’IFIP, ce dernier servant de référence.

PDF icon Gérard Dumas, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 47
2020

Composition des pièces de découpe : effets du sexe et du génotype halothane

Consulter le resumé

Gérard Daumas, Bilan 2019, Editions IFIP, mai 2020, p. 49

Le tri des pièces de découpe est un des challenges de l'industrie porcine. La connaissance des principaux facteurs qui influent sur la composition des pièces peut aider à ce tri. Le sexe et le gène halothane, bien connus pour leurs effets sur la composition de la carcasse, méritaient d’être étudiés sur des pièces.
L’objectif est ici d’évaluer leur effet sur le pourcentage de muscle des quatre principales pièces de découpe primaire.

PDF icon Gérard Daumas, Bilan 2019, Editions IFIP, mai 2020, p. 49
2020

Pages