Transformateur de viande

Métier transformateur de viande

Photo du profil métier: 
Accès pro: 
Aval
Titre de présentation: 
Pour transformateurs de viande

Jan-Peter Van Ferneij, Réussir Porc/Tech Porc (FRA), 2019, n° 272, octobre, p. 6-7

L’Union européenne dispose des meilleurs atouts pour approvisionner les marchés internationaux en viande de porc.

Hélène Simonin ( Univ. Bourgogne Franche-Comté, AgroSup Dijon) et al., IAA, revue des industries agro-alimentaires (FRA), 2019, mai-juin, 6 pages

L’utilisation d’additifs conservateurs est souvent nécessaire pour assurer la sécurité microbiologique des produits carnés réfrigérés faiblement acides. Le projet ANR BLac HP (2014-2019) a étudié une nouvelle stratégie de stabilisation des produits carnés réfrigérés pour assurer le contrôle des flores indésirables à la fois végétatives et sporulées. Grâce à une approche pluridisciplinaire, les travaux ont montré que la combinaison de la biopréservation par des bactéries lactiques et d’un traitement hautes pressions permettait d’assurer la qualité microbiologique de dés de jambon cuits à teneur réduite en nitrite pendant toute leur durée de vie. Le traitement permet de plus une qualité sensorielle optimale sans impact environnemental supplémentaire par rapport au procédé conventionnel. 

source  : http://www.revue-iaa.fr/revues/a-906/

Valérie Diot, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 501, octobre, synthèse du mois, p. 8

Le porc est au coeur des habitudes alimentaires en Chine. Sous l’influence des évolutions socio-économiques, la hausse du niveau de vie et l’urbanisation, les consommateurs privilégiaient, jusqu’à il y a peu, une offre plus élaborée et de meilleure qualité. Face à la crise de la FPA, tel un retour aux fondamentaux, la question de la satisfaction de la demande en viande porcine, se pose à la Chine.

Arnaud Bridier (Anses) et al., 13e SafePork, 26-29 août 2019, Berlin, Allemagne

Salmonella: a public health issue
• 1st pathogen in terms of deaths related to contaminated food in France
• > 90 000 salmonellosis per year in Europe
• Multi resistance to antibiotics in the food chain
• Role of cleaning and disinfection (C&D) procedures in the selection of antibiotics resistant bacteria ?

Sabine Jeuge et al., 13e SafePork, 26-29 août 2019, Berlin, Allemagne

In 2017, Salmonella spp. was implied in 30% of foodborne diseases in France (SPF, 2019). Few data on the contamination levels of Salmonella spp., are available along the pork supply chain. The protocol of the standard method (ISO/TS 6579-2:2012) is time-consuming and culture-based methods using chromogenic media are less efficient for matrices with high levels of back ground flora, and for recovering stressed cells. Along the food chain, the cells may be impacted by various stresses (e.g. chemical or thermal), which may lead to physiological changes and the emergence of viable but non-culturable cells (VBNCs).

Sarah Lebrun (Université  de Liège) et al., 65th International Congress of Meat Science and Technology (ICOMST), 4-9 août 2019, Potsdam/Berlin, Allemagne, poster, p. 28

Sodium nitrite (NaNO2) is commonly used in meat products manufacturing for its antimicrobial effect on Clostridium botulinum, responsible of botulism (a deadly paralytic disease) by production of neurotoxins. Its use can nevertheless be associated with nitrosamines production, which are considered as carcinogenic substances (EFSA, The EFSA Journal, 2013, 14: 1-31). The objective of the present study was to compare the growth and toxinogenesis of psychrotrophic C. botulinum Group II (non-proteolytic) type B in cooked ham and in frankfurters in function of the NaNO2 incorporation rate (0, 30, 60 and 80 mg/kg) in order to evaluate the risk associated with this pathogen in two common cooked meat products.

Daniel Mörlain (University of Göttingen, Department of Animal Science) et al., 65th International Congress of Meat Science and Technology (ICOMST), 4-9 août 2019, Potsdam/Berlin, Allemagne, poster, p. 66-68

To improve animal welfare, in 2010 a European Declaration proposed a total ban on castration. Entire male pigs, however, can develop an off-odour, called boar taint. To prevent consumers complaints, a quantitative relationship of boar taint compounds (or intensity) with consumer dissatisfaction needs to be established. Pairwise preference tests (Prescott et al, 2005) were deemed a more straightforward approach than sequential monadic testing to establish rejection thresholds.

Estelle Antoine, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 70

Fiche n° 43

Le prix perçu par les producteurs de porc fait l’objet d’un suivi et d’une analyse permanente, tout comme les facteurs d’offre et de demande qui le font évoluer.
Le suivi des marchés du porc, en France, en Europe et dans les principaux bassins mondiaux, fournit aux opérateurs de la filière des instruments pour mieux les comprendre, anticiper leurs évolutions et ainsi disposer d’éléments de pilotage de leur activité.
Depuis quelques années, la hausse des cours des matières premières et leurs fortes fluctuations rendent la connaissance des évolutions de prix plus importantes que jamais.

Jan-Peter Van Ferneij, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 68

Fiche n° 41

En viande porcine, la production de la France dépasse de 8 % la consommation, en volume.
Mais les importations correspondent à 25 % de la production et les exportations à près de 30 %.
De nombreuses entreprises françaises sont actives dans le commerce international des produits de porc.
L’exportation permet exploiter les différents débouchés pour obtenir la meilleure valorisation de chaque produit du porc, quand l’importation peut satisfaire des besoins mal couverts en interne, en termes d’élaboration, qualité du produit ou de poids.
Une bonne connaissance des échanges est indispensable pour maîtriser les marchés, mais l’analyse du commerce donne aussi des indications sur la dynamique des différents pays et sur leur niveau de compétitivité.
A cette fin, une base de données sur les échanges mondiaux de porc est gérée par l’IFIP, avec l’appui financier d’INAPORC.
Elle comprend des données mensuelles pour les principaux pays, trimestrielles et annuelles.
Les échanges sont suivis pour un grand nombre de produits, en volume et en valeur. Avec des précautions, car la qualité peut fortement varier au sein d’une même catégorie de produits, on peut ainsi avoir une vision assez précise des valorisations selon les destinations.
L’analyse de la base permet un suivi régulier et détaillé du commerce.

Marie-Alix Roussillon et Boris Duflot, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 66

Fiche n° 39

Depuis 10 ans, des écarts de performances se creusent entre les pays producteurs de porcs, sous l’effet de dynamiques diverses.
L’Allemagne et l’Espagne affichent de fortes croissances des exportations de produits de plus en plus élaborés.
Les entreprises danoises poursuivent leur croissance externe.
Tandis que le déficit commercial de la France se creuse avec l’Union européenne et que ses entreprises connaissent des difficultés économiques.
Sur des marchés européen et mondial très concurrentiels, la connaissance des forces et faiblesses de sa propre filière et des filières concurrentes est nécessaire pour les acteurs économiques.
L’IFIP a approfondi ses travaux sur la compétitivité d’ensemble des filières porcines afin de fournir une comparaison quantitative des 5 principaux pays producteurs de porcs en Europe.
L’objectif est d’apporter aux opérateurs de la filière un éclairage quantitatif et objectif des écarts entre pays, de l’élevage jusqu’à la distribution des produits finis.

Pages