APPLIS IFIP

Commerce intra-européen : renchérissement des échanges en 2022

Articles

19/01/2023 15:30 | Place des marchés Il y a 18 jours

Ajouter à ma liste
Imprimer l'article
Andy Li Cpstauposcw Unsplash

Sur les trois premiers trimestres de l’année, les volumes de viandes et coproduits échangés au sein de l’UE ont augmenté, malgré la baisse de la production. Il s’agit principalement d’un mouvement de redistribution des produits espagnols dirigés auparavant sur les marchés tiers.

Au cumul des 9 mois 2022, l’offre européenne a fortement reculé avec une chute de 4,4 % du nombre de porcs abattus en un an. En revanche, le commerce intra-européen (UE-27) est lui en hausse. Les volumes échangés ont augmenté de + 1,8 % en volume, principalement au cours du 1er semestre 2022. Le commerce a largement été impacté par la hausse des prix du porc et la valeur des produits échangés a grimpé de 16,6 %.


Parmi les principaux exportateurs, l’Allemagne se place aussi en tête de classement. La dynamique entre ces deux pays est contrastée. Alors que les exportations allemandes vers l’UE-27 ont chuté de 8,6 % en 9 mois 2022/21, celles de l’Espagne ont grimpé de 21,4 %. Cette différence s’explique d’une part par la chute de la production en Allemagne et d’autre part, par le recul des débouchés pays tiers pour l’Espagne (- 20 % au cumul 9 mois 2022/21). L’Allemagne a réduit ses envois de viandes (carcasses et pièces) de manière drastique (- 9,8 % en un an). Les marchés italiens et polonais ont été bien moins approvisionnés. L’Espagne a vendu davantage de carcasses (vers l’Italie), de pièces désossées (vers la France, la Pologne et l’Italie) et de pièces avec os (vers l’Italie). En revanche, les exports de produits transformés sont en léger recul (- 2,2 % en un an).


L’Italie, l’Allemagne et la Pologne restent en tête des importateurs européens. L’Italie et la Pologne ont connu une baisse des approvisionnements allemands, compensés par les achats en produits espagnols.
La France se positionne au 5e rang des importateurs européens, avec 429 400 tonnes exportées en 9 mois (- 0,4 % par rapport à 2021). La France est aussi le 7e exportateur (355 000 tonnes en 9 mois 2022). Les envois sur le marché intracommunautaire ont largement progressé (+ 11,8 % en un an), alors que l’offre en porc s’est stabilisée. Une partie des volumes initialement destinés pour les marchés tiers a été redistribuée en UE.

Davantage de carcasses françaises ont été envoyées vers l’Italie (+9,3% en un an) et l’Allemagne (+32,6%). Parmi les pièces de découpe principales, les ventes de jambon avec os ont fortement chuté (-36%), alors que les exportations d’épaules avec os (+3,5%), de poitrines avec os (+114,5%), de longes avec os (+9%) de parties avant (+70,6%) et des autres pièces (+23%) ont nettement progressé. Du côté des pièces désossées, les exportations sont aussi en hausse (+45,4%).  Toutefois, les ventes de pièces désossées restent moins importantes par rapport aux autres pièces. Elles représentent seulement 9% des exportations au sein de l’UE-27. Du côté des produits transformés, les exportations françaises (8,4% des volumes) se sont légèrement développées (+2% en un an).

Principaux exportateurs au sein de la zone UE vers l’UE-27
Cumul 9 mois, milliers de tonnes, % évol. 22/21

Evolution mensuelle des exportations françaises dans la zone UE En milliers de tonnes ; hors vif

23 01 Comext1
23 02 Comext2
Source : Ifip d’après douanes

Auteur

Elisa Husson

Ingénieure d’étude - Experte en charge de l’analyse des marchés du porc et du commerce international

Quelques mots clés

Commerce international Europe
Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepteJe refuseEn savoir plus