APPLIS IFIP

Cheptels européens : décapitalisations en pause, excepté en France

Actualités

05/03/2024 14:13 | Place des marchés Il y a 2 mois et 21 jours

Ajouter à ma liste
Imprimer l'article
Dsc 1921

La décapitalisation massive des élevages européens semble avoir pris fin, excepté en France. Le recensement des porcs en Europe(1) réalisé en fin d’année 2023 indique une stabilisation du nombre de porcs (- 0,6 % en un an) et une reprise de 1,7 % du cheptel truies. Le ralentissement du déclin fait suite à la sortie massive d’un bon nombre d’élevages et de porcs du marché jusqu’au premier semestre de l’année 2023. Cette stabilisation des effectifs est en lien avec une amélioration des marges des éleveurs, principalement en deuxième partie d’année, et des prix sur le marché des porcelets au nord de l’Europe. Ces données de cheptel permettent d’entrevoir une consolidation de la production européenne en 2024, avec une reprise attendue dans certains pays.

Recensement des cheptels porcins en UE-25 en décembre 2023
(millions de têtes)
Cheptel Ue

Source : Ifip d’après Eurostat

La reprise du nombre de truies est particulièrement notable en Espagne (+ 5,4 % en un an) et s’explique notamment par le renouvellement du troupeau reproducteur suite à l’épidémie de SDRP. Le nombre de truies en Espagne atteint 2,8 millions de têtes. Au nord de l’UE, le cheptel truies en Allemagne s’est stabilisé à 1,4 M de têtes. Les éleveurs qui n’ont pas cessé leur activité repeuplent peu à peu leurs élevages. Au Danemark et aux Pays-Bas, les hausses sont respectivement de + 1,3 % et + 3 %. Une hausse des exportations de porcelets de ces deux pays à destination de l’Allemagne, de l’Espagne et même de la Pologne est attendue en 2024.

Recensement des cheptels porcins en France en décembre 2023
(milliers de têtes)
Catégories d’animaux20222023% 23/22
Cheptel total12 182,611 794,1– 3,2
Total truies869,3852,0– 2,0
Truies saillies605,5595,7– 1,6
Truies saillies 1e fois106,8107,9+ 1,0
Cochette non saillies100,0102,9+ 2,9
Truies non saillies263,7256,3– 2,8
Porcelets moins 20 kg4 417,34 331,7– 1,9
Porcins 20-50 kg1 817,51 765,5– 2,9
Porcs engrais > 50 kg 5 067,84 837,3– 4,5
Verrats10,77,7– 28,6
Source : SSP

Du côté de la France, le cheptel porcin reste orienté à la baisse. Le nombre de truies s’élève à 852 000 têtes, soit une perte de 17 300 truies en un an (- 2 %). Le nombre total de porcs en France atteint désormais 11,8 millions de têtes (- 3,2 %). Cette différence de dynamique par rapport aux autres grands pays européens s’explique d’une part par le fait que la France a plus résisté ces deux dernières années par rapport à ses voisins, et que le nombre de truies avait moins reculé. D’autre part, la filière française est confrontée à d’importantes lourdeurs administratives retardant les dossiers d’installation et démotivant les potentiels repreneurs. Au regard de l’état des cheptels nationaux fin 2023, une reprise de la production française en 2024 semble difficilement réalisable.

Source : Ifip d’après SSP, Eurostat

(1) : Malte et le Portugal n’ont pas encore publié leurs données. Le total UE et son évolution dans le temps est donc composé des 25 pays (hors Malte et Portugal)

Auteur

Elisa Husson

Ingénieure d’études - Experte en charge de l’analyse des marchés du porc et du commerce international

Quelques mots clés

Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepteJe refuseEn savoir plus