APPLIS IFIP

Un outil pour améliorer la survie des porcelets en maternité

Articles

12/10/2022 16:34 | Articles Il y a 1 mois et 17 jours

Ajouter à ma liste
Imprimer l'article
porcelet

Identifier les facteurs de risque à partir des données de GTTT des élevages de porcs 

La survie des porcelets est un enjeu important de l’augmentation de la taille des portées. Même si les tailles de portées sevrées augmentent, le niveau et l’évolution des mortalités sont à améliorer pour des raisons économiques mais aussi éthiques.

Les causes de mortalité en maternité sont complexes avec des risques qui concernent la gestation, la mise bas, l’alimentation, la génétique, les pathogènes, l’hygiène, le logement, la conduite des animaux, le personnel d’élevage, la truie et le porcelet lui-même. Réaliser un audit de survie en maternité est complexe et les priorités varient selon les élevages. Des outils spécifiques sont donc utiles pour aider les éleveurs, vétérinaires et techniciens dans leur démarche de progrès.

Malgré de grandes portées, les bons taux de survie obtenus par certains troupeaux prolifiques confirment que les meilleurs éleveurs ont des solutions pour progresser.

PertMat est un outil qui s’appuie sur des données des portées et des truies collectées dans les élevages par l’éleveur et stockées dans la base nationale française de Gestion Technique des Troupeaux de Truies (GTTT).  

PertMat analyse les taux de pertes d’un élevage en 3 étapes :

1.     Les tailles moyennes des portées nées et sevrées et les différents taux de pertes sont calculés : pertes sur nés totaux et nés vivants, taux de mort-nés et momifiés. Les résultats moyens de l’élevage et ses évolutions sont comparés à une référence.

2.     Pertmat teste automatiquement jusqu’à 14 facteurs de risque de mortalité. Les facteurs significatifs de l‘élevage sont mis en évidence pour chaque critère de perte.

3.     Des résultats sont présentés pour chaque facteur de risque pour l’élevage et pour la référence choisie.

Tous les éleveurs participant à la base de données nationale GTTT peuvent obtenir une analyse automatique en temps réel. Les données de l’élevage sont comparées celles de la base nationale rassemblant plus de 1 200 élevages et 600 000 portées chaque année.

  1. En pratique, pour un élevage et une période donnée, la première étape consiste à établir le profil de l’élevage, comparé à une référence. Les tailles des portées permettent de situer le niveau technique de l’élevage. Les résultats de l’élevage sont comparés à la référence choisie, soit les résultats nationaux, soit les références des élevages les plus prolifiques. Pour chaque critère, une note entre 1 et 10 est calculée, le bouton rouge signifie que le résultat de l’élevage est moins bon que la référence.
  2. La seconde étape réalise les statistiques afin d’identifier les facteurs de risque de l’élevage.  

Par exemple, l’analyse des pertes sur nés vivants teste 14 facteurs se rapportant à :

  • la portée (nombre de porcelets nés vivants, nombre de porcelets allaités, taux de mort-nés).
  • la truie ou le verrat (rang de portée, âge au sevrage, durée de gestation, l’âge à la première mise bas, type génétique de la truie ou du verrat)
  • l’environnement d’élevage (démographie du troupeau, saison de mise-bas, jour de la semaine de la mise-bas, effet de la bande, étalement des mise bas de la bande).

Selon les analyses les résultats sont colorés en rouge (facteur significatif), en vert (non significatif), ou en gris lorsque l’analyse ne peut être faite en raison d’un manque de qualité des données.

Un commentaire automatique est généré donnant l’effet du facteur dans l’élevage et la comparaison avec la référence. Les techniciens peuvent ajouter des avis et conseils pour améliorer les résultats.

PertMat est un outil développé par l’IFIP disponible sur la plateforme Web GT-Direct, qui fournit d’autres calculateurs économiques aux éleveurs. Comme il s’agit d’un outil internet, les éleveurs, vétérinaires et techniciens autorisés peuvent y accéder de n’importe où et à tout moment !

Tetee

Survie des porcelets en maternité : PertMat identifie les facteurs de risque et les axes de progrès en élevage 

L’IFIP a mené une étude pour évaluer l’intérêt de PertMat.

L’étude a porté sur les 250 élevages les plus prolifiques dans la base de données nationale de Gestion Technique des Troupeaux de Truies, c’est-à-dire les élevages avec + de 15,8 nés totaux/portée en 2018. L’étude s’est concentrée sur 245 élevages. L’échantillon analysé présente une forte prolificité moyenne (16,6 nés totaux) et des taux de pertes élevés : 2,3% de momifiés – 8,3% de mort-nés – 16,6% de pertes sur nés vivants.

L’IFIP a utilisé PertMat pour analyser les résultats de chaque élevage. Pour chaque critère de pertes, + de 12 facteurs de risque sont testés. Dans 79% des élevages, l’étude a identifié 4 à 8 facteurs significatifs, et dans 16%, moins de 4 facteurs testés étaient significatifs.

Quels sont les facteurs de risque des pertes sur nés vivants ?

2 facteurs de risque se détachent : la taille de la portée (porcelets nés totaux) dans 92% des élevages et la parité de la truie dans 90% des cas.

La taille de la portée a un effet majeur : la taille de la portée allaitée a un effet significatif dans 99% des élevages et le nombre de porcelets nés vivants dans 97% des cas. L’ajustement de la taille des portées n’est donc pas efficace pour réduire les effets secondaires des grandes portées.

La parité de la truie est significative dans 58% des élevages. PertMat fournit des informations plus détaillées pour comprendre le problème car les mortalités les plus élevées peuvent se produire chez les truies âgées ou jeunes selon les troupeaux.

Un troisième groupe de facteurs est présent dans 44 à 49% des troupeaux : taux de mort-nés, durée de gestation, jour de la semaine de la mise-bas, effet de la bande.

Ceci souligne l’importance des bonnes pratiques de gestion de la mise bas et de surveillance des truies dans tous les élevages. L’effet significatif du nombre porcelets momifiés et de la durée de gestation suggèrent de rechercher des causes sanitaires.

Le jour de la semaine de la mise-bas et l’effet bande suggèrent d’évaluer les risques liés aux changement de main-d’œuvre pendant les  WE ou les vacances.

L’âge au sevrage est significatif dans 32% des troupeaux ayant des âges au sevrage différents.

Parmi les troupeaux ayant des animaux de plusieurs types génétiques, la génétique des truies ou des verrats ont des effets significatifs dans environ 25% des élevages. L’effet de la génétique de la truie (33%) doit prendre en compte les interactions entre démographie et taille de la portée. 

Malgré le logement en bâtiment, la saison de mise bas a un impact significatif dans 22% des élevages ce qui suggère des défauts de confort thermique dans certaines maternités.

Le type génétique des verrats, la saison de mise-bas et l’étalement des mises bas d’une bande sont identifiés dans 15% des élevages. Même si ces facteurs ont en moyenne une fréquence plus faible, ils peuvent être très importants dans certains élevages.

Cette analyse a montré l’intérêt de PertMat. L’étude confirme que les risques majeurs sont associés aux grandes portées et aux porcelets surnuméraires.

Le point fort de PertMat est d’identifier des pistes d’amélioration adaptés à chaque élevage. Cet outil web est facile à utiliser et actuellement, 1 400 comptes d’utilisateurs sont ouverts. L’outil est évolutif et dans une version prochaine, analysera spécifiquement la gestion des porcelets surnuméraires.

Biblio :

Cette étude a reçu le soutien financier de CASDAR dans le cadre du projet ATT REFAGRI-IT.

Auteurs

Badouard

Ingénieure d’étude - Références techniques et technico-économiques

Boulot

Docteur Ingénieure, PhD - Experte en reproduction

Quelques mots clés

Conduite Elevage élevage Fertilité Gttt Mise bas Porcelet Problèmes reproduction Reproduction Survie néonatale
Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepteJe refuseEn savoir plus