APPLIS IFIP

Marché du porc : amorce d’une stabilisation des prix européens fin mars

Articles de conjoncture

06/04/2023 11:26 | Place des marchés Il y a 1 an et 27 jours

Ajouter à ma liste
Imprimer l'article
Dsc 1795

Les préparatifs en amont des festivités de Pâques ont stimulé les cours du porc en Espagne et en France au cours du mois de mars. Les écarts sont toujours importants avec les pays du nord où les prix se sont stabilisés.

Au cours du mois de mars, le marché français voit la hausse des prix du porc se poursuivre. Sur le Marché du Porc Breton, le prix au cadran a progressé de 10 % entre les mois de février et mars en moyenne. La cotation est ainsi passée de 2,28 €/kg à 2,38 €/kg en dernière semaine. L’évolution des cours au MPB montre un ralentissement des hausses de prix à partir du milieu du mois. Cette décélération est concomitante avec un alourdissement des carcasses. Le marché français a été perturbé par les épisodes de grèves successifs qui ont principalement impacté le secteur de la logistique. De plus, face à la baisse de l’offre en porc (- 5 % au 1er trimestre 2023/22), les professionnels ont anticipé leurs achats avant Pâques.

Il y a un an, la flambée des cours des matières premières et de l’ensemble des coûts de production était l’une des principales causes de la montée des prix du porc à la production. Aujourd’hui, la contraction de l’offre en porcs pèse fortement sur le marché. Ainsi, avec un prix perçu par les éleveurs s’élevant à 2,51 €/kg en mars (+ 55 % en un an), la référence française rejoint les niveaux atteints par l’Espagne.

Persistance des écarts de prix en Europe

En Espagne, la hausse des prix du porc s’est poursuivie à un rythme un peu moins soutenu mais régulier, alors que le pays est toujours confronté à une forte dégradation de l’offre en porc. En effet, au mois de janvier, les abattages espagnols avaient chuté de 7 % par rapport à l’année précédente. Le prix perçu par les éleveurs espagnols a ainsi atteint 2,51 €/kg  (+ 40,5 % en un an). L’écart de prix avec les Danois se maintient à plus de 60 cts €.

En Allemagne et aux Pays-Bas, les prix du porc se sont stabilisés plus tôt qu’en France et Espagne, c’est-à-dire dès le début du mois de mars. Les opérateurs nord-européens témoignent de difficultés croissantes à répercuter les hausses de prix sur le marché de la viande, malgré la dégringolade des abattages et des stocks. En Allemagne, les abattages de porc sur le 1er trimestre ont fléchi de plus de 7 % par rapport à l’an dernier. Le prix perçu par les éleveurs allemands est à 2,36 €/kg en moyenne sur le mois (+ 31,3 % en un an). Aux Pays-Bas, la baisse du nombre de porcs abattus est un peu moins importante

Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous.

Se connecter

Auteur

Elisa Husson

Ingénieure d’études - Experte en charge de l’analyse des marchés du porc et du commerce international

Quelques mots clés

Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepteJe refuseEn savoir plus