APPLIS IFIP

Marché du porc : chute enclenchée des cours cet été

Articles de conjoncture

06/09/2023 08:50 | Place des marchés Il y a 9 mois et 12 jours

Ajouter à ma liste
Imprimer l'article
Dsc 1795

La reprise de la montée des prix du porc en juin n’aura pas duré longtemps cet été. Depuis le mois d’août, les références européennes s’affichent à la baisse, la demande en produits du porc n’aura pas connu le regain saisonnier habituellement attendu.

Le marché français n’a pas réellement profité de la hausse saisonnière de consommation cet été, ou du moins, de manière très inégale selon les produits et selon les régions. La météo peu clémente dans le nord du pays, avec des épisodes de pluies importantes et les fortes chaleurs dans le sud ont pénalisé le marché, réduisant les moments propices aux grillades. A ce facteur météorologique, s’est ajoutée la pression sur les prix venant à la fois des marchés intérieurs et internationaux.

Baisse des prix du porc en France, mais des références toujours élevées

Alors même que les éleveurs entrevoient un amoindrissement de la pression exercée par les coûts de production, le contexte estival a été plutôt morose pour le marché français. Des reculs importants des prix ont été observés au mois d’août et chaque semaine, les baisses maximales prévues au MPB ont été enregistrées. Le prix au cadran est ainsi passé de 2,35 €/kg début juillet à 2,07 €/kg en moyenne hebdomadaire fin août. Malgré tout, le prix reste toujours fermement fixé au-dessus de la barre des 2 €/kg. Le prix perçu par les éleveurs français atteint 2,4 €/kg en moyenne mensuelle en août, soit une référence qui varie de – 5 % en un mois mais qui confirme un niveau élevé (+ 13,4 % par rapport à août 2022).

La baisse de l’offre se poursuit intensément. Dans la zone Uniporc, le nombre de porcs abattus sur les 8 premiers mois de l’année est en recul de 4,6 %. La légère hausse des poids de carcasse en comparaison à l’année 2022 ne suffit pas à compenser la réduction des abattages. La contraction de la demande et la pression des opérateurs pour réduire les prix du porc à la production pèsent fortement sur les dynamiques des cours à la production.

Baisses des cours aussi amorcées en Europe malgré un recul majeur de l’offre

Les autres places européennes ont aussi connu des évolutions similaires des cours du porc. La période estivale a été marquée par une baisse des prix en réponse à une demande inhabituellement peu dynamique pour l’été. Au nord de l’Europe, la contraction de l’offre est majeure, respectivement – 9 %, – 11 % et – 20 % de porcs abattus en 7 mois pour l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark. En Espagne, les opérateurs peinent aussi s’approvisionner en porcs pour faire tourner leurs outils d’abattage. Sur les 5 premiers mois de l’année, l’offre espagnole en porcs vivants a chuté de 9 % par rapport à l’an dernier. Les opérateurs européens de l’aval semblent ainsi pris dans un étau : entre besoin de faire tourner les lignes selon leur capacité et pression forte venant de la distribution et des consommateurs, mais aussi du marché du grand export.

A l’échelle de l’UE-27, les prix des porcs classés E ont chuté de plus de 4 % entre les mois de juillet et août. La référence européenne devance le prix au Brésil de près de 1 $/kg carcasse, et 50 ct $ par rapport au prix aux Etats-Unis. Cette situation pénalise véritablement les exportations européennes. 

Prix perçus en UE en € par kg
Source : Estimation du prix moyen perçu par les éleveurs. Calculs Ifip d après des sources nationales IFIP

Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous! Sinon abonnez-vous pour voir le contenu.

Se connecter / S’abonner

Auteur

Elisa Husson

Ingénieure d’études - Experte en charge de l’analyse des marchés du porc et du commerce international

Quelques mots clés

Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepteJe refuseEn savoir plus